top
logo

Connexion

Sondage

la sécurisation de l'emploi
 

Union Locale CGT Valenciennes et Environs
EDITO DE LA RENTREE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 26 Août 2013 11:49

 

 

En France la protection sociale et son pilier fondamental la Sécurité sociale ont permis des progrès sociaux considérables en espérance de vie, en qualité et en sécurité de vie. Les Français perçoivent à juste titre la Sécurité Sociale comme leur premier acquis social.

Or aujourd'hui, nous sommes à un tournant de l'histoire de notre système. En effet, les droits les plus élémentaires ne sont aujourd’hui plus accessibles  un grand nombre de nos concitoyens :

  • Un tiers de la population renonce à des soins,
  • La moitié des jeunes pense qu'ils n'auront pas de retraites,
  • 4,5 millions de personnes sont sans emploi et parmi elles seulement 2,8 millions perçoivent des indemnités chômage,
  • 8 millions de salariés sont pauvres,
  • 8,5 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté,
  • 3,6 millions de personnes sont non ou mal logées dont 600 000 enfants,
  • 75% des personnes pauvres ont moins de 25 ans...

Face à ces situations et pour toutes ces raisons, la C.G.T. entend mener une reconquête de la protection sociale pour transmettre aux générations futures une Sécurité Sociale qui reste toujours une référence pour les salariés des pays qui ne la possède pas.

 

Le travail est-il un coût qui freine la compétitivité des entreprises ou une richesse au service d'un développement humain durable ???

Pour la C.G.T., pas de doute, c'est le coût du capital qu'il faut réduire. Seul le travail humain produit des richesses. Le patronat n'a de cesse de vouloir réduire les salaires, et le salaire socialisé (ce qui finance, notamment, la protection sociale) nommé improprement "charges sociales".

En trente ans, la masse salariale des entreprises a été multipliée par 3,6 alors que la somme des dividendes versés aux actionnaires a été multiplié par 20. Cette évolution s'est faite au détriment de la rémunération du travail, de l'emploi de qualité, des droits des salariés, mais aussi au détriment des services publics, des politiques publiques, des investissements productifs et de la recherche-développement en particulier dans l'industrie. Tout cela contribue au déficit de compétitivité de la France. La C.G.T. considère que le niveau de compétitivité peut être significativement amélioré :

 

  • En réduisant la rémunération excessive du capital;
  • En revalorisant le travail dans toutes ses dimensions (salaires, organisation et conditions de travail, emploi qualifié...);
  • En consacrant l'essentiel des profits aux investissements, à l'innovation, à la recherche-développement.

 

 

LA CRISE C'EST EUX !

LA SOLUTION C'EST NOUS !!!

Mise à jour le Lundi, 26 Août 2013 12:14
 

bottom